Un village dans la région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004.
La place centrale de Torjok, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004.
Isba - village de Koultouk - lac Baïkal - Photo : Elena Jourdan
Entre Moscou et l'Oural, vue du train. Photo Philippe Comte, été 2004.
Paysage de Khakassie - Photo : Elena Jourdan
Le cours du Ienissï, dans les monts Sayans - Photo : Elena Jourdan
La source de la Volga, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004.
Lac Baïkal - île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan
Isba - Krasnoïarsk - Photo : Elena Jourdan
Le monastère de Torjok, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004.
Le lac Seliguer, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004.
Près d'Ekatérinbourg, le mémorial à la famille impériale. Photo Elena Jourdan
La Moscova à Moscou, monument à Pierre le Grand de Tsérétéli. Photo Philippe Comte, été 2004.
Lac Baïkal : lieu chamanique sur l'île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan
Une église dans la région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004.
La tombe de Chaliapine - Cimetière du monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan
Un lac dans les Sayans - Photo : Elena Jourdan
Krasnoïarsk - Parc naturel "Stolby" - Photo : Elena Jourdan
Isba restaurée - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan
Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan
Paysage typique - Sibérie- Photo : Elena Jourdan
Isba - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan

Accueil > Notre association en détails > La vie de l’association : Bulletin de liaison comptes rendus des (...) > La lettre du Président de l’AFR (extrait du Bulletin n° 50, octobre (...)

La lettre du Président de l’AFR (extrait du Bulletin n° 50, octobre 2010)

mercredi 27 octobre 2010, par Elena Jourdan


Chers Adhérents !

La rentrée 2010 dans le Secondaire a apporté son lot de mauvaises surprises à certains d’entre vous : refus de dérogation à la carte scolaire (en 4ème et en Seconde), réduction du nombre d’élèves conduisant ici à la non-ouverture de la classe de russe de Seconde LV3, et donc à terme à la suppression du russe LV3, là à la remise en cause du russe LV2, ailleurs encore à sa suppression en Sixième, indifférence, voire hostilité du chef d’établissement qui a « d’autres chats à fouetter » et le fait savoir. Plusieurs cas m’ont été signalés ici et là : ils ne font pas masse, mais ils confirment la lente érosion du russe dans le Secondaire, après la chute brutale des années 1990.

Pour ceux d’entre vous qui doivent s’y adapter, c’est là une maigre consolation : je comprends l’amertume et l’inquiétude des collègues qui voient leurs effectifs s’amenuiser d’année en année, et ce même lorsqu’ils se démènent comme des beaux diables (excusez-moi Mesdames mais on ne dit pas « de belles diablesses »...), organisant soirées russes, voyages et échanges en Russie, conférences et projections de films, se donnant la peine d’aller présenter le russe dans les collèges aux parents et élèves de Cinquième et Troisième, s’assurant parfois du soutien du maire, enthousiasmant leurs élèves. Rien n’y fait. Le phénomène de mode qui avait porté le russe dans les années 60-80 se retire et bénéficie à d’autres langues et cultures, la chinoise en particulier. Et cette mode, il faut bien reconnaître qu’elle suit la courbe de puissance : dans les années 60-70 la puissance russe attirait tous les regards, comme la puissance chinoise montante aujourd’hui. Quant à la Russie de 2010, elle n’a guère plus que son arsenal nucléaire pour lui rappeler qu’elle fut, un temps, la grande rivale des États-Unis d’Amérique ! Le reste s’est dissout d’abord dans les soutes rouillées du communisme puis dans la gloutonnerie du capitalisme sauvage !

Je ne saurais trop conseiller à ceux d’entre vous, professeurs du Secondaire qui ont encore plus d’une décennie de carrière devant eux, de songer à la reconversion, partielle ou totale. Si vous le souhaitez, l’AFR peut y réfléchir et formuler des propositions aux autorités de tutelle...

Cependant tout n’est pas noir, loin de là : il suffit d’une alchimie différente et le russe se maintient à un étiage élevé. Le soutien du proviseur ou du principal, un environnement « sociologique » favorable, un professeur de russe à la réputation bien établie, et l’affaire est dans le sac. Un certain nombre, non négligeable, de « bastions » se sont ainsi formés : combien de temps tiendront-ils ? L’alchimie, par définition, c’est instable.

J’ai écrit récemment aux présidents des associations de professeurs de langues du Secondaire pour leur faire part de nos préoccupations et leur demander comment les choses se passent dans leurs langues respectives. Apparemment en italien, c’est le contraire : forte demande, manque de professeurs...Vous trouverez le texte de ma lettre dans ces pages.

Dans l’enseignement supérieur, le russe progresse partout, à l’exclusion de la filière LLCE et de certaines grandes écoles et grands concours, d’où il s’est fait expulser sans ménagements.

La vie de l’AFR, elle, est tout sauf morose et, comme toujours, généreusement chronophage.

1. Le week-end des 25 et 26 septembre 2010 est chargé :

- Réunion du Bureau le matin, accueilli cette fois par la mairie du 1er arrondissement de Paris ;

- A 12h30, dans cette même mairie, a lieu la cérémonie de remise des prix du concours « Mon image de la Russie » par les deux organisateurs - le Centre culturel de Russie et l’AFR - et les sponsors, l’Aéroflot, Air-France, Impérial Porcelaine de Saint-Pétersbourg. Elle sera suivie d’un cocktail autour de l’exposition des œuvres des lauréats. Je tiens à remercier ici Jean-François Legaret, maire du 1er arrondissement et président de la SOFARUS (Société Française des Amis de la Russie), et tout le personnel de la mairie pour son chaleureux accueil. Le cocktail est à la charge de l’AFR. Ensuite nous enchaînerons samedi après-midi et dimanche matin avec la visite du Paris russe pour les trois lauréats du Deuxième Prix et leurs parents. Soit dit en passant, toute l’organisation de ce week-end a reposé depuis fin juin sur trois personnes : Sylvette Soulié, Elena Jourdan et moi, secondés ponctuellement (mais précieusement !) par Jean Bressolette, Svetlana Buée, Catherine de Loeper et Ghislaine Martin. Et pour quatre d’entre nous, il commence, ce week-end, vendredi après-midi 24 à 14h...

2. La préparation de notre Congrès bisannuel à Caen les samedi 13 et dimanche 14 novembre prochain : vous saurez tout sur le Colloque organisé par Michel Niqueux et ses collègues samedi 13 toute la journée sur un thème passionnant, et sur l’Assemblée Générale qui se tiendra dimanche matin de 9h à 13h, si vous lisez le programme dans ce numéro du Bulletin et dans notre site. Je vous rappelle qu’entre autres questions importantes, l’AG aura à se prononcer sur la modification des Statuts : vous pouvez lire la nouvelle rédaction sur notre site internet et dans ces pages et vous en recevrez un exemplaire sur papier par la poste, joint à la convocation à l’AG, par les soins de notre Secrétaire générale Hélène Méar. Notez bien que nous ne pourrons adopter par vote les modifications que si les 2/3 des adhérents sont présents ou représentés ! Donc venez ou envoyez une procuration ! D’avance merci. Vous le verrez, j’ai proposé de limiter le nombre de membres du Conseil d’Administration (nouveau nom du Comité national) à vingt. Même resserrement pour le Bureau national : small is beautiful....
Nous aurons aussi à modifier le montant des cotisations pour nous mettre en conformité avec la nouvelle réglementation : il faudra séparer la cotisation à l’AFR proprement dite et l’abonnement à La Revue russe. Nous vous ferons des propositions raisonnées et raisonnables.

3. Notre site tient toujours grâce à la vigilance et la disponibilité de son Webmestre, Elena Jourdan et de Sylvette Soulié, qui est sur tous les fronts. Combien de temps tiendront-elles ?

4. La préparation des Olympiades passe à une phase plus active, sous la houlette de Marie-Hélène Farin : demande de financement au MEN.

5. Notre Revue russe poursuit sur sa lancée. Comme vous l’expose sa Rédactrice en chef Véronique Jobert dans son compte-rendu de la réunion du Comité de rédaction du 28 mai 2010 publié dans ces pages, son Comité de rédaction a été élargi à des chercheurs étrangers et son plan thématique est solidement établi pour trois ans.

6. Les 14 et 15 octobre se tiendront à Lyon les premières Doctoriales de l’AFR, organisées par Sylvie Martin, professeur des universités à l’ENS de Lyon. 21 doctorants venus de toute la France plancheront autour du beau thème « Monde russe et identités ». Je rappelle que l’AFR prend en charge une nuit d’hôtel pour chacun des 21 participants et les frais de publication des exposés dans un numéro spécial de la Revue russe à paraître en 2011. J’irai saluer au nom de l’AFR les participants et l’organisatrice.

Je termine sur une note optimiste : notre nombre d’adhérents croît, ce sont souvent des jeunes promus des universités qui nous rejoignent, et les ventes de la Revue progressent.

Je vous salue bien bas et vous donne rendez-vous au Congrès de Caen : n’oubliez pas d’apporter les textes de vos chansons russes préférées (en plusieurs exemplaires) ! Nous renouerons en effet avec la tradition de nos congrès chantants !

Philippe Comte
23 septembre 2010



Isba - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan


Éditeur du site : Association Française des Russisants
Directeur de publication : Armelle Groppo, Présidente de l'AFR
Webmestre : Sylvette Soulié