Une église dans la région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004.
Entre Moscou et l'Oural, vue du train. Photo Philippe Comte, été 2004.
Krasnoïarsk - Parc naturel "Stolby" - Photo : Elena Jourdan
Paysage de Khakassie - Photo : Elena Jourdan
"Na prestole" (fresque) - Exposition au monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan
La Moscova à Moscou, monument à Pierre le Grand de Tsérétéli. Photo Philippe Comte, été 2004.
La source de la Volga, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004.
"Entrée dans Jérusalem" (fresque) - Exposition au monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan
Près d'Ekatérinbourg, le mémorial à la famille impériale. Photo Elena Jourdan
La place centrale de Torjok, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004.
Isba restaurée - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan
Un lac dans les Sayans - Photo : Elena Jourdan
La tombe de Chaliapine - Cimetière du monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan
Le cours du Ienissï, dans les monts Sayans - Photo : Elena Jourdan
Lac Baïkal : lieu chamanique sur l'île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan
Paysage typique - Sibérie- Photo : Elena Jourdan
Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan
Isba - village de Koultouk - lac Baïkal - Photo : Elena Jourdan
Le lac Seliguer, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004.
Isba - Krasnoïarsk - Photo : Elena Jourdan
Lac Baïkal - île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan
Isba - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan

Accueil > Notre association en détails > La vie de l’association : Bulletin de liaison comptes rendus des (...) > La lettre du Président de l’AFR (extrait du Bulletin n° 51, janvier (...)

La lettre du Président de l’AFR (extrait du Bulletin n° 51, janvier 2011)

mardi 22 février 2011, par Elena Jourdan


Chers Adhérents !

Avant d’ouvrir l’année 2011, ce qu’a fait le « parlement » de notre association, son Comité, lors de sa réunion du samedi 22 janvier à Paris, il faut dire quelques mots sur les trois événements majeurs qui ont clos notre année 2010 : le Congrès de Caen des 13 et 14 novembre, les premières Doctoriales de l’AFR, réunies à Lyon les 14 et 15 octobre grâce aux efforts de Sylvie Martin, et le concours « Mon image de la Russie », organisé conjointement avec le Centre culturel de Russie à Paris.

Le Congrès de Caen :
C’était le dixième du nom organisé par notre association sous le sigle AFR, le premier datant des 1er et 2 décembre 1990 et s’étant réuni à Aix-en-Provence. C’est à l’AG d’Aix-en-Provence du 1er décembre 1990 que nous avions décidé, dans un louable souci d’élargissement, de changer de sigle, abandonnant celui de SPR (Société des Professeurs de Russe) pour celui d’AFR et adoptant dans la foulée les Statuts qui nous régissent jusqu’à maintenant.

Le colloque a réuni plus d’une centaine de personnes toute la journée du samedi 13 novembre autour du thème original « Construire l’image de soi : l’auto-construction de l’image de la Russie et de la France au fil du temps », proposé par Michel Niqueux, qui a concocté avec son équipe ces deux journées. Notre Revue russe publiera bien entendu les actes de ce colloque. En ce bel aujourd’hui où la multiplicité des images rend paradoxalement plus difficile, plus opaque l’approche de la vérité, les intervenants, chacun à sa manière et dans son thème, sont venus opportunément rappeler que le pouvoir a de tout temps et en tout lieu créé une image avantageuse de lui-même et tenté d’en contrôler la perception chez ses sujets. On peut cependant regretter que ce 10ème congrès n’ait pas été plus tourné vers la ville et la région, ouvert à la presse aussi, et aux étudiants, comme c’est la tradition dans tous les congrès de l’AFR depuis vingt ans. En effet, les congressistes ont toujours été reçus – et très bien reçus - par la mairie (voir les congrès de Rennes, de Clermont-Ferrand, entre autres) et la presse locale s’est toujours fait l’écho de leurs travaux. Une occasion a donc été manquée d’une part de faire parler de la langue, de la culture et de la civilisation russes aux niveaux local et régional, d’autre part de faire mieux connaître l’AFR. Après tout c’était son congrès bisannuel. Il est aussi regrettable que les professeurs de russe du Secondaire n’aient pas été impliqués dans la préparation et le déroulement du Congrès. L’AFR est en particulier, mais pas seulement, la maison commune de tous les enseignants de russe, quel que soit leur statut. Son congrès est l’occasion de tisser ou de resserrer les liens entre enseignants du Secondaire et du Supérieur. Beaucoup d’enseignants-chercheurs du Supérieur sont d’ailleurs en train de se rendre compte, mais un peu tard, combien le nombre d’étudiants de leurs cours et td de russe dépend de manière non négligeable du travail de ceux qui les précèdent dans les collèges et lycées. Quant la source se tarit, la rivière s’assèche...

L’Assemblée générale, réunie le dimanche matin 14 novembre, comptait une petite quarantaine d’adhérents présents, abondamment pourvus de procurations.

La modification des Statuts : le nombre de présents (32) et représentés (114) n’a pourtant pas suffi pour atteindre le quorum des deux tiers (174) des adhérents à jour de leur cotisation (264), exigé par l’article de nos Statuts, quorum nécessaire à la modification des Statuts. Il nous a manqué 28 voix pour faire adopter les nouveaux statuts. La nouvelle mouture que j’avais élaborée restera donc dans mon tiroir jusqu’à la prochaine assemblée générale en novembre 2011. Notre activité reste prescrite par les anciens Statuts, adoptés fin 1990 à Aix-en-Provence. Nous n’avions pas vu à l’époque combien cet article 10 pouvait être contraignant.

L’AG a adopté une nouvelle formule d’adhésion à l’AFR et d’abonnement à la Revue russe , imposé par la législation : ils sont désormais distincts et non liés entre eux. Les voici :

Cotisation d’adhésion à l’AFR :
- Membres actifs : 25€
- Retraités : 20€
- Etudiants, scolaires, vacataires, assistants, lecteurs, contractuels, demandeurs d’emploi : 15€
- Entreprises : 50€
- Associations : 30€
- Membres bienfaiteurs : 50€ et plus

Abonnement à La Revue russe (deux numéros par an) :
- Plein tarif : 28€
- Retraités : 20 €
- Etudiants, scolaires, vacataires, assistants, lecteurs, contractuels, demandeurs d’emploi : 15€

On peut donc désormais adhérer à l’AFR sans s’abonner à La Revue russe, ou s’abonner à La Revue russe sans adhérer à l’AFR. Dois-je ajouter que je ne vous encourage nullement à pratiquer avec ardeur un détestable mais désormais légal « séparatisme »...?

L’AG a élu un nouveau Comité. Je salue d’abord les quatre membres sortants et les remercie chaleureusement pour ce qu’elles ont fait pour notre association : Hélène Mélat, notre chère ancienne présidente, désormais solidement implantée à Moscou, Colette Berek, dont la présence et la participation ont toujours été très judicieuses et combattives, Armelle Groppo et Frédérique Deshays.
Six nouveaux membres font leur entrée dans le Comité, dont cinq enseignants-chercheurs du Supérieur, ce qui est en soi un événement digne d’être fêté ! Ce sont Sylvie Martin, professeur des universités à l’ENS de Lyon, qui a magnifiquement organisé et modéré les premières Doctoriales de l’AFR, Michel Niqueux, professeur des universités à Caen, le « patron » de notre 10ème Congrès 2010, Myriam Désert, maître de conférences HDR à l’université Paris-Sorbonne, Maeva Peylhard, Professeur agrégé de russe détachée à l’université de Montpellier, et Svitlana Buée, professeur certifié à Paris (lycée et classes préparatoires). Qu’ils soient les bienvenus parmi nous ! Le nouveau Comité compte donc 25 membres. Réuni le Samedi 22 janvier, il a élu le Bureau de l’Association (10 membres), pour un mandat de deux ans.
Vous trouverez les listes des membres du Comité et des membres du Bureau dans ces pages.

J’en profite pour vous dire que, réélu président pour un quatrième mandat (les candidats à cette tâche ne se bousculent pas à la kalitka), ce sera mon dernier. J’ai été élu pour la première fois en mai 2004 à Clermont-Ferrand. A l’expiration de ce nouveau mandat, donc en janvier 2013, j’aurai, si Perun m’est favorable, assumé cette tâche pendant huit ans et demi, presque autant que mon prédécesseur Hélène Mélat. C’est bien assez, et personne n’est irremplaçable ! Pour parler des choses, des denrées, de l’argent, dire leur caractère consommable par l’usage et remplaçable par une autre chose analogue, les juristes ont un drôle de mot : elles sont fongibles, disent ces gens de robe. Un responsable élu doit toujours se souvenir qu’il est fongible. C’est sain.

L’AG a également dressé un bilan de la situation du russe dans le Secondaire. Anne-Marie Olive, qui représentait Françoise Duchêne empêchée, a dessiné un tableau tout en nuances de l’évolution, montrant que les « pôles d’excellence » tiennent le coup, évoquant plutôt une situation en « peau de léopard » qu’en « peau chagrin ». Elle a aussi mentionné les innovations qui mûrissent au sein de la grande maison de l’Education nationale, par exemple cette idée : l’anglais obligatoire en Primaire, et la LV2 commencée en Sixième. Des expériences sont déjà tentées dans certains collèges et semblent marcher. Pourquoi le russe ne pourrait-il pas s’insérer dans ce système, s’il est adopté ? La plupart des participants à la discussion confortèrent ce tableau, ce qui m’amène d’ailleurs à tempérer les propos plutôt pessimistes que j’avais tenu dans ma précédente lettre. L’AG a ainsi clos ses travaux sur une note d’optimisme tempéré et ce sont des congressistes plutôt souriants qui se sont retrouvés pour l’ultime déjeuner convivial. Tout juste s’ils n’ont pas entamé une farandole de la victoire dans les rues désertes – déjeuner du dimanche oblige – de Caen !

Les premières Doctoriales de l’AFR ont été réunies à l’ENS de Lyon les 14 et 15 octobre 2010 par Sylvie Martin, qui a passé une année à les préparer minutieusement. Elle avait choisi comme thème « Monde russe et identités ». 22 doctorants ont prononcé un exposé et échangé leurs opinions pendant deux jours. Après quelques hésitations, nous avions, Sylvie Martin et moi, décidé de ne pas annuler et de faire front dans les perturbations des transports en commun causées par les grèves. Les doctorants ont courageusement relevé le défi et sont venus, vaille que vaille. Ce furent deux belles journées de pétillement intellectuel. Je suis allé saluer en votre nom l’organisatrice et les participants à l’ouverture des travaux. Je vous rappelle que les actes seront publiés dans un numéro spécial 2011 de La Revue russe.

Le Concours « Mon image de la Russie », organisé conjointement avec le Centre Culturel de Russie (CCR) à Paris : à la mi-février les trois lauréats du premier prix et leurs parents accompagnateurs iront passer un week-end à Moscou, grâce aux efforts et au dévouement de la vice-présidente du jury du concours, Madame Olga Sekletova, directrice de l’Ecole russe du CCR et du directeur de ce dernier, Monsieur Igor Schpynov. Trois jeunes Français qui n’avaient jamais entendu un mot de russe de leur vie, leurs parents, amis, familles, camarades de classe, tout un vaste cercle autour d’eux, vont ainsi découvrir, par l’intermédiaire des petits voyageurs, la Russie, sa langue et sa culture. Les petits ruisseaux font les grandes rivières...Mais quel effort depuis presque un an, en particulier pour Sylvette Soulié, Olga Sekletova, Elena et votre serviteur !
Plusieurs jeux de très jolies cartes postales ont été réalisés par les soins de Sylvette Soulié à partir des oeuvres originales.

Et maintenant quelques mots des perspectives :

Les samedi et dimanche 29 et 30 janvier 2011, je représenterai l’AFR aux Journées du Livre russe organisées par l’Association France-Oural et la municipalité du Kremlin-Bicêtre. Le cinquième Prix Russophonie pour la meilleure traduction du russe vers le français y sera remis à son lauréat. Dans le cadre des Journées, je prononcerai un exposé sur l’enseignement du russe en France (histoire et perspectives).

Les prochaines Doctoriales : le Comité a finalement décidé d’organiser les prochaines Doctoriales en 2012 et lance un appel à prise de responsabilité. Désormais 25 euros seront demandés à l’inscription aux doctorants participants (10€ pour les adhérents de l’AFR).

Les autorités russes ont décidé, avec l’accord des autorités françaises, de faire de l’année 2012 l’année de la langue et de la littérature russes en France. C’est ce que nous a indiqué Son Excellence l’Ambassadeur de Russie, Monsieur Alexandre Orlov, qui nous a reçu à sa demande, Véronique Jobert et moi- même mercredi 19 janvier. Il a par ailleurs renouvelé son soutien à l’enseignement du russe en France et s’est dit prêt en particulier à aider les collègues du Secondaire désireux d’établir des échanges durables avec des lycées russes spécialisés en français. La demande en ce sens - échanges scolaires avec accueil réciproque dans les familles – est très forte en Russie, où, comme vous le savez bien, on a préservé le remarquable réseau d’écoles et lycées dits « spécialisés » en français, anglais et allemand, dans toutes les villes grandes et moyennes du pays. L’Ambassade dispose d’une liste de ces écoles spécialisées. Elle a également la possibilité de faire parvenir gratuitement des livres en russe - classiques de la littérature en particulier – aux collègues qui en formuleraient la demande. Vous pouvez m’envoyer une liste de livres qui vous seraient utiles et je transmettrai.
Sachez par ailleurs pour votre information que l’Ambassadeur a proposé au Ministre de l’Education nationale d’ouvrir les classes préparatoires de nos lycées aux élèves russes qui maîtrisent bien le français.
Pour notre part, nous avons rappelé à Monsieur Orlov la « ligne générale » de notre association, axée sur la langue et la culture et résolument apolitique, décrit en détails ses efforts récents : les Olympiades, le Concours « Mon image de la Russie », les Doctoriales, souligné le dynamisme des professeurs de russe du Secondaire, nombreux à organiser des échanges scolaires, dressé un tableau nuancé de la situation de l’enseignement du russe dans le Secondaire et le Supérieur.

La MAPRIAL tiendra son Congrès en mai en Chine, à Shanghai : l’AFR a décidé de ne pas envoyer son représentant, Evelyne Enderlein, car les frais à engager sont importants et les dépenses ont été nombreuses et élevées depuis un an. J’en informerai par lettre la présidence de la MAPRIAL dans les jours qui viennent. Bien entendu, l’AFR reste membre adhérente de la MAPRIAL, qui est le maître d’oeuvre des Olympiades de russe.

La suppression du russe au concours d’entrée à l’Ecole Polytechnique et aux autres grande écoles : aucune nouvelle pour l’instant ni positive ni négative. Mais la levée de boucliers a été tellement générale qu’il ne faut pas perdre espoir.

L’Agrégation de russe : deux postes ont été mis au concours et pourvus en 2010. Deux postes sont proposés au concours 2011.

A la réunion du Comité, notre Vice-Présidente, Sylvette Soulié, nous a annoncé que Bordeaux était d’accord pour accueillir le 11 ème Congrès de l’AFR en novembre 2012. La date en a même été fixée : ce sera les samedi et dimanche 17 et 18 novembre. Reste à trouver le thème. Nous y réfléchissons.

Le Comité du 22 janvier a abordé bien d’autres questions et pris d’autres décisions, mais je vous laisse les découvrir dans le compte-rendu de notre dévouée Secrétaire générale, Héléne Méar.

Je vous renouvelle à toutes et tous mes voeux les plus chaleureux pour vous et tous ceux qui vous sont chers !


Philippe Comte
Paris, dimanche 23 janvier 2011


P.S.
Après avoir lu ma « Lettre du Président » dans le Bulletin de l’AFR n°51, Michel Niqueux me signale plusieurs inexactitudes dans mon commentaire sur l’organisation et la tenue du Congrès de Caen : les professeurs de russe du Secondaire de Caen ont bien été associés à sa préparation et à son déroulement ; la presse locale est venue pour l’exposition de photos sur la Russie et a mentionné la tenue du Congrès ; quant aux participants au colloque proprement dit, ils comptaient parmi eux, outre la soixantaine de congressistes, une vingtaine d’étudiants et des personnes de l’extérieur. La réception à la mairie avait été envisagée par les organisateurs mais ils ont dû y renoncer, faute de temps suffisant dans la journée du samedi et compte tenu de l’éloignement de celle-ci par rapport au lieu du Congrès.

Philippe Comte
Paris, vendredi 11 février 2011



La source de la Volga, région de Tver. Photo Philippe Comte, été (...)


Éditeur du site : Association Française des Russisants
Directeur de publication : Armelle Groppo, Présidente de l'AFR
Webmestre : Sylvette Soulié