Isba - village de Koultouk - lac Baïkal - Photo : Elena Jourdan La place centrale de Torjok, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Le monastère de Torjok, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Un lac dans les Sayans - Photo : Elena Jourdan La Moscova à Moscou, monument à Pierre le Grand de Tsérétéli. Photo Philippe Comte, été 2004. Lac Baïkal - île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan Paysage typique - Sibérie- Photo : Elena Jourdan Près d'Ekatérinbourg, le mémorial à la famille impériale. Photo Elena Jourdan Lac Baïkal : lieu chamanique sur l'île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan Isba - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan Le lac Seliguer, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004.
Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan Entre Moscou et l'Oural, vue du train. Photo Philippe Comte, été 2004. Un village dans la région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. La source de la Volga, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Lors du concours de lutte traditionnelle "hourej", dans la République de Touva - Photo : Elena Jourdan Une église dans la région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. "Entrée dans Jérusalem" (fresque) - Exposition au monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan Krasnoïarsk - Parc naturel "Stolby" - Photo : Elena Jourdan Paysage de Khakassie - Photo : Elena Jourdan Isba - Krasnoïarsk - Photo : Elena Jourdan Isba restaurée - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan

Accueil > Le russe dans le monde professionnel > Témoignages sur l’utilisation du russe dans le monde professionnel > Témoignage d’André Holzer

Témoignage d’André Holzer

lundi 26 juin 2017, par Myriam Truel

André Holzer a 38 années d’expérience en Russie et en URSS. Aujourd’hui, il dirige un projet dans le domaine du traitement des eaux usées.


L’Association Française des Russisants : Bonjour, M. Holzer. Vous avez passé une grande partie de votre vie en URSS puis en Russie, comment êtes-vous arrivé dans ce pays ?
André Holzer  : Ingénieur électromécanicien, je suis arrivé en URSS en 1979 pour superviser la construction d’usines. J’ai voyagé dans toute l’URSS, à une époque où peu de gens maîtrisaient les langues étrangères.
AFR  : Vous parliez donc russe ?
André Holzer : Je ne parlais pas du tout russe en arrivant, mais je l’ai très vite appris grâce à un manuel (Le russe en 90 leçons) mais, surtout, en pratiquant. Je n’avais pas le choix ! Au bout d’un an, je me débrouillais dans la vie quotidienne et au travail. Au bout de 2 ans, j’écrivais convenablement.
Il m’a fallu apprendre le russe de la vie courante, mais également, et cela a été le plus long, tous les termes techniques dont j’avais besoin dans mon travail. Pour construire des usines, il faut pouvoir lire les règlements techniques et parler avec les ouvriers…
AFR  : Et vous êtes resté…
André Holzer : Oui. Cela fait maintenant 38 ans que je vis en Russie. Aujourd’hui, je travaille dans le domaine du traitement des eaux usées, et plus particulièrement des eaux issues des élevages : nous en extrayons de l’eau propre et des engrais. Une de mes usines se trouve en Russie. Voir le site d’AgroBioTech
Je parle donc russe au quotidien. Je n’ai plus de problèmes de compréhension, mais je garde un accent.
AFR  : Aujourd’hui, de plus en plus de gens parlent anglais. Avez-vous toujours besoin du russe ?
André Holzer : Oui, parler russe reste à mon avis indispensable pour travailler en Russie. Beaucoup de responsables ne parlent pas ou pas suffisamment anglais. Bien sûr, si vous venez pour une mission courte, vous pouvez recourir aux services d’un interprète, mais, pour être efficace au quotidien, il faut pouvoir parler directement avec les gens. J’ai besoin du russe pour communiquer avec mes employés, avec mes clients, mais aussi avec l’administration. Par exemple, j’ai récemment présenté mon activité à la Douma, en russe bien entendu.
Ce n’est d’ailleurs pas qu’une question de langue : lorsque vous apprenez une langue et lorsque vous vivez dans un pays, vous comprenez la mentalité et vous savez comment il faut se conduire. Il y a des choses à dire, et d’autres à ne pas dire. On ne négocie pas avec des Russes comme avec des Français ou avec des Allemands (l’allemand est ma langue maternelle, je suis originaire d’Alsace). Quand vous maîtrisez les codes culturels, vous gagnez la confiance de vos interlocuteurs.
AFR : En 38 ans de carrière en Russie, vous n’avez jamais gaffé ?
André Holzer  : Si, bien sûr ! Quand j’étais sur les chantiers, nous parlions un russe familier, nous utilisions même du « mat », ces mots très grossiers. Au début, il m’est arrivé de réutiliser ces mots devant des fonctionnaires, sans comprendre que c’était très déplacé ! Heureusement, on m’a pardonné cela car j’étais étranger. Je me suis tout de même vite corrigé, parce que ce genre d’erreurs ne fait pas sérieux.



Isba - village de Koultouk - lac Baïkal - Photo : Elena Jourdan


Éditeur du site : Association Française des Russisants
Directeur de publication : Armelle Groppo, Présidente de l'AFR
Webmestre : Sylvette Soulié