La source de la Volga, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Isba - village de Koultouk - lac Baïkal - Photo : Elena Jourdan Une église dans la région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Paysage de Khakassie - Photo : Elena Jourdan La Moscova à Moscou, monument à Pierre le Grand de Tsérétéli. Photo Philippe Comte, été 2004. Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan Lac Baïkal : lieu chamanique sur l'île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan Entre Moscou et l'Oural, vue du train. Photo Philippe Comte, été 2004. Le lac Seliguer, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Paysage typique - Sibérie- Photo : Elena Jourdan Près d'Ekatérinbourg, le mémorial à la famille impériale. Photo Elena Jourdan
Isba - Krasnoïarsk - Photo : Elena Jourdan Un village dans la région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. "Entrée dans Jérusalem" (fresque) - Exposition au monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan Le cours du Ienissï, dans les monts Sayans - Photo : Elena Jourdan Isba - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan Isba restaurée - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan Le monastère de Torjok, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Lac Baïkal - île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan La tombe de Chaliapine - Cimetière du monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan La Moscova et la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou, depuis le parc Gorki. Photo Philippe Comte, été 2004. "Na prestole" (fresque) - Exposition au monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan

Accueil > Notre association en détails > La vie de l’association : Bulletin de liaison comptes rendus des (...) > Rapport moral de la Présidente de l’AFR prononcé à l’AG du 28 mars 2015 à (...)

Rapport moral de la Présidente de l’AFR prononcé à l’AG du 28 mars 2015 à Strasbourg

dimanche 15 mars 2015, par Sylvette Soulié


Rapport moral de la présidente

Chers adhérents,
Permettez-moi de commencer par remercier nos collègues de Strasbourg qui ont donné de leur temps et de leur énergie pour que cette assemblée générale 2015 se tienne dans leur ville. Je tiens également à vous remercier vous aussi, ici présents, qui avez fait le voyage jusqu’en Alsace.
L’année écoulée s’est déroulée au rythme des réunions du bureau, dont les comptes rendus vous ont été régulièrement envoyés dans le Bulletin.
Vous aurez compris à leur lecture qu’une certaine tradition a été respectée, qui repose sur les épaules de quelques-uns d’entre nous : à côté du Bulletin régulièrement publié, le concours de sensibilisation au russe destiné aux élèves de l’enseignement primaire et secondaire ; la qualité de la Revue russe, véritable outil universitaire, seule revue en France à proposer une bibliographie exhaustive des ouvrages sur la Russie publiés dans notre pays ; les relations avec les autres sociétés savantes de langues vivantes (pour en défendre la diversité constamment menacée dans le secondaire comme dans le supérieur) ; les séjours linguistiques pour les élèves du secondaire ; l’abondement quasi quotidien du site en nouvelles diverses et variées (je soulignerai ici la place accordée à la diffusion de l’offre culturelle sur la Russie, les tarifs réduits de plus en plus souvent consentis à nos membres) ; la place prise désormais par la liste de diffusion et la page Facebook qui nous fait connaître et apprécier bien au-delà de la communauté de nos adhérents.
Dans les circonstances politiques tendues que nous connaissons depuis plus d’un an, quelques mises au point de la Présidente ont permis que la liste de diffusion reste un véritable lieu de circulation de documents et ne se transforme pas en forum de discussion souvent trop animée et peu amène. A ceux qui m’ont dit la trouver trop unilatérale, j’ai répondu qu’elle est ce qu’en font les membres de l’AFR : chacun peut y publier les documents qu’il juge intéressants pour tous, la seule condition étant de ne pas les commenter, de ne pas y lancer de polémique. Les adresses mails des expéditeurs étant toujours données, le contact individuel et polémique est toujours possible, mais hors liste.
Toujours dans le respect de sa tradition, l’AFR a veillé au plus près à conserver sa totale indépendance vis-à-vis des instances politiques ou para-politiques russes. Les contacts ont été maintenus, aussi francs que courtois, et nos interlocuteurs russes l’ont tout à fait compris.
Respecter la tradition ne signifie pas faire du sur-place. L’activité de l’AFR s’est développée dans plusieurs directions.
Constatant que l’étude du russe croît dans l’enseignement supérieur dans une direction très différente des études de langue, littérature et civilisation traditionnelles, l’AFR a tenté d’établir des statistiques pour y assurer un monitoring comparable à celui de l’inspection générale pour le secondaire. Les résultats ont été très décevants, le seul résultat solide a été de découvrir qu’il n’existe dans les administrations françaises en charge de l’enseignement supérieur aucun suivi de cet ordre. Une revue de presse destinée aux élèves des classes préparatoires est désormais proposée chaque semaine sur la liste. La Revue russe est maintenant en ligne sur le site Persée.
Les contacts ont été multipliés avec d’autres associations et l’AFR a participé activement à un nombre jamais atteint jusqu’ici de manifestations : séminaire de la MAPRIAL à Bordeaux, Salon de la revue, Salon Russkaya Literatura, elle a organisé une table ronde aux VIèmes Journées du livre russe. Parmi ces nouveaux contacts, notons ceux qui ont été établis avec des Alliances françaises de Russie qui organisent des stages d’été de français pour les jeunes Russes et les ouvrent à des jeunes Français apprenant le russe, ainsi que ceux qui viennent de se rétablir avec l’Institut Pouchkine de Moscou, lui aussi prêt à organiser des stages pour les étudiants comme pour les enseignants.
Pour utiliser une expression actuelle, tout ceci montre combien s’est développée « l’offre de services » que l’AFR propose. Cette offre répond à la volonté affirmée depuis plusieurs années par l’association de s’ouvrir à un public plus large que celui des enseignants de notre discipline. L’analyse des catégories socio-professionnelles des adhérents montre que l’ouverture est réelle. Elle pourrait l’être encore beaucoup plus, mais nous manquons cruellement pour cela de bras. Mon prédécesseur à la tête de l’Association le signalait régulièrement, je l’écris dans pratiquement chaque bulletin, sans grand résultat il faut bien le dire.
Or, la question est aujourd’hui capitale. Pour avancer, nous avons besoin de bonnes volontés, et surtout de bonnes volontés en activité. Actuellement, seul un tiers du bureau est dans cette situation. La retraite donne du temps, mais elle coupe aussi de la réalité quotidienne avec ses difficultés, ses demandes, ses évolutions. Comme toute structure, l’AFR doit se développer, ou stagner et disparaître peu à peu. La diminution du nombre d’adhérents donne à penser que nous sommes dans cette dernière situation. C’est un paradoxe quand on sait combien de demandes de cours de russe, de renseignements sur de possibles stages linguistiques nous sont adressées, quand on sait quels commentaires positifs s’affichent sur nos pages Facebook.
L’équipe du bureau a, me semble-t-il, plus que rempli les tâches qui étaient les siennes depuis un an. C’est pourquoi je ne doute pas que vous approuverez ce rapport moral.
Il nous faut maintenant trouver comment attirer de nouveaux adhérents, comment réussir à en convaincre de donner un peu de leur temps (par ailleurs très rempli, nous le savons tous d’expérience) au service de notre communauté. Ce sont les tâches, bien ingrates et ô combien risquées qui nous incombent pour l’année à venir. Je compte sur les suggestions et l’aide de chacun d’entre vous pour y parvenir.

Armelle Jeannier-Groppo,
Strasbourg, 28 mars 2015.



Paysage de Khakassie - Photo : Elena Jourdan


Éditeur du site : Association Française des Russisants
Directeur de publication : Armelle Groppo, Présidente de l'AFR
Webmestre : Sylvette Soulié