Le monastère de Torjok, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. "Na prestole" (fresque) - Exposition au monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan Lac Baïkal : lieu chamanique sur l'île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan Krasnoïarsk - Parc naturel "Stolby" - Photo : Elena Jourdan Lac Baïkal - île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan Isba - village de Koultouk - lac Baïkal - Photo : Elena Jourdan Isba restaurée - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan La place centrale de Torjok, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Entre Moscou et l'Oural, vue du train. Photo Philippe Comte, été 2004. La Moscova à Moscou, monument à Pierre le Grand de Tsérétéli. Photo Philippe Comte, été 2004.
Le cours du Ienissï, dans les monts Sayans - Photo : Elena Jourdan Un lac dans les Sayans - Photo : Elena Jourdan La source de la Volga, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. La Moscova et la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou, depuis le parc Gorki. Photo Philippe Comte, été 2004. Près d'Ekatérinbourg, le mémorial à la famille impériale. Photo Elena Jourdan Une église dans la région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. La tombe de Chaliapine - Cimetière du monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan Isba - Krasnoïarsk - Photo : Elena Jourdan Isba - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan Le lac Seliguer, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Un village dans la région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004.

Accueil > Apprendre le russe > Le russe au collège et au lycée > Le russe dans le cadre scolaire

Le russe dans le cadre scolaire

mercredi 16 septembre 2009


Le russe : pas aussi difficile qu’on le croit !

Contrairement aux idées reçues, l’étude du russe dans le cadre scolaire n’est pas plus difficile que celle d’une autre langue :

- Malgré l’importance de l’accent tonique, la prononciation du russe est plus facile pour les francophones que celle de l’anglais. Le grand nombre de mots d’origine française, anglaise, grecque et latine passés dans la langue russe facilite l’apprentissage du vocabulaire. Le russe ne comporte que trois temps verbaux ; la concordance des temps ainsi que le conditionnel et le subjonctif sont quasi inexistants.

- L’apprentissage de l’alphabet se fait progressivement et donne lieu à des exercices de calligraphie appréciés de nombreux élèves. Les règles de lecture étant beaucoup plus simples qu’en anglais et en français, le cyrillique n’est donc pas un obstacle.

- Le russe, tout comme l’allemand, est une langue à déclinaisons dont l’approche est facilitée par la connaissance du latin. L’introduction des six cas est étalée sur une année scolaire, ce qui permet à chaque élève de les assimiler à son rythme.

- La quantité de travail personnel à fournir n’est pas plus importante qu’en cours d’anglais, d’espagnol ou d’allemand. Chaque élève peut réussir à condition d’apprendre son cours régulièrement.

- Les groupes de russe sont généralement plus petits que les classes d’anglais, d’espagnol ou d’allemand, ce qui favorise la participation de chaque élève et permet au professeur d’assurer un suivi plus personnalisé.

- En dehors des cours, les élèves de russe se voient régulièrement proposer des activités culturelles : repas russes, sorties au théâtre, visites de musées.


Pourquoi le russe est un atout ? Cliquez ici.

Annexes associées à cet article :



La source de la Volga, région de Tver. Photo Philippe Comte, été (...)


Éditeur du site : Association Française des Russisants
Directeur de publication : Armelle Groppo, Présidente de l'AFR
Webmestre : Sylvette Soulié