Un village dans la région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. La tombe de Chaliapine - Cimetière du monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan Paysage de Khakassie - Photo : Elena Jourdan Isba - Krasnoïarsk - Photo : Elena Jourdan La Moscova et la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou, depuis le parc Gorki. Photo Philippe Comte, été 2004. Le monastère de Torjok, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. La source de la Volga, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Lac Baïkal : lieu chamanique sur l'île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan Krasnoïarsk - Parc naturel "Stolby" - Photo : Elena Jourdan La place centrale de Torjok, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Un lac dans les Sayans - Photo : Elena Jourdan
Le lac Seliguer, région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. Isba - village de Koultouk - lac Baïkal - Photo : Elena Jourdan Une église dans la région de Tver. Photo Philippe Comte, été 2004. "Entrée dans Jérusalem" (fresque) - Exposition au monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan Isba restaurée - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan Lac Baïkal - île d'Olkhon - Photo : Elena Jourdan Lors du concours de lutte traditionnelle "hourej", dans la République de Touva - Photo : Elena Jourdan Isba - Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan La Moscova à Moscou, monument à Pierre le Grand de Tsérétéli. Photo Philippe Comte, été 2004. Irkoutsk - Photo : Elena Jourdan "Na prestole" (fresque) - Exposition au monastère Novodevitchi, Moscou - Photo : Elena Jourdan

Accueil > Le russe dans le monde professionnel > Témoignages sur l’utilisation du russe dans le monde professionnel > Témoignage de Thomas Nikoleit (RDA- Lyon-Bron)

Témoignage de Thomas Nikoleit (RDA- Lyon-Bron)

samedi 6 février 2010, par Sylvette Soulié


Témoignage de Thomas Nikoleit (RDA- Lyon-Bron)
reçu le 4 février 2010

Le russe restait conservé dans ma tête....

Comme Allemand de l’Est à l’époque de la RDA, j’ai bien profité de l’obligation d’apprendre le russe à l’école. J’ai donc appris le russe pendant six ans scolaires mais je ne l’avais jamais pratiqué après mon départ de l’école.

Après la chute de mur de Berlin, j’ai arrêté de travailler comme cuisinier et commencé des aventures. Une de ces aventures a été d’apprendre le français et de quitter l’Allemagne pour trouver un travail intéressant et profiter de mes connaissances linguistiques. J’ai trouvé cette opportunité à Lyon où je suis aujourd’hui superviseur en assistance automobile pour un touring club allemand.

Et il est où, le russe ?

Un jour une cliente russe nous a appelés. Elle ne parlait que russe. Et c’était donc à moi, ancien citoyen de la RDA, de lui parler, de la comprendre et de me faire comprendre. C’était une mission presque impossible mais j’ai réussi grâce au désir de récupérer mes connaissances.

J’ai trouvé une professeur de russe à Lyon qui m’a donné des cours. Elle a réveillé ma mémoire et en même temps elle a gagné mon coeur.

Aujourd’hui j’utilise beaucoup la langue russe au travail car il y a de plus en plus de touristes russes qui tombent en panne avec leur véhicule et qui ne parlent ni français, ni anglais, ni allemand.

La professeur de russe est devenue ma femme. Car elle est aussi écrivain et je traduis ses contes en allemand. Sa fille s’occupe de la traduction vers le français. Son premier livre trilingue a été édité en 2009.

C’est maintenant que je comprends l’utilité d’avoir appris le russe dans mon pays à l’époque.

Thomas Nikoleit, Bron
tnikoleit@gmx.de



Un lac dans les Sayans - Photo : Elena Jourdan


Éditeur du site : Association Française des Russisants
Directeur de publication : Armelle Groppo, Présidente de l'AFR
Webmestre : Sylvette Soulié